Site Gratuit de Rencontres Libertines extremes

Site Gratuit de Rencontres Libertines extremes

J’ai une marraine toujours prête pour niquer…!

Je m’appelle Didier et j’ai 18 ans. En cette fin juillet, ma marraine, la jeune sœur de ma mère, me propose de l’accompagner pour trois jours sur la côte.

019.jpg

Elle doit poser pour des photos de mode ; ma marraine fait ses débuts dans la profession de mannequin.

Elle a fait quelques photos pour un catalogue publicitaire pour une maison de vente par correspondance ; elle voudrait continuer dans cette voie et quitter son boulot qui ne l’intéresse pas.

034.jpg

Elle est assez jolie ma marraine, 27 ans, mince évidemment, un visage d’ange avec de longs cheveux blonds qui lui tombent dans le dos.
Donc vers 17 h, après son travail, nous prenons la voiture et descendons vers le sud ; vers 21 h, nous arrêtons dans un « Nuit d’hôtel », mais comme il ne reste plus qu’une chambre, nous la réservons immédiatement avant d’aller dîner dans un petit restaurant dans le village.

Quand nous entrons dans la chambre, nous nous apercevons qu’il n’y a qu’un grand lit. Surpris, nous nous accommodons de la situation ; après tout nous avons déjà dormi dans le même lit, il y a plusieurs années….

Vers 2 h, je me réveille et je me rends compte que l’une de mes mains est sur l’un des seins de ma marraine et que je bande dur le long de sa cuisse.

Excité comme jamais, je caresse son sein délicatement, puis en essayant de bouger le moins possible, je descends celle-ci vers sa hanche et le plus délicatement possible, j’entraîne sa petite culotte vers le bas.

038.jpg

A ce moment, n’y tenant plus, j’intercale mon visage entre ses cuisses et passe ma langue sur les lèvres vaginales de ma marraine qui dort toujours.

Avec beaucoup de méthode, j’explore le moindre millimètre de sa chatte, insinuant le bout de ma langue entre ses lèvres et titillant l’emplacement de son clitoris.

Petit à petit, je me rends compte que son sexe s’humidifie de plus en plus à mon contact et que son bassin se met à onduler légèrement.

En sentant son corps réagir, je redouble mes efforts ; j’insinue le bout de ma langue à l’entrée du vagin, j’aspire son clitoris qui pointe hors de son abri.

Son corps bouge de plus en plus et tout à coup, elle ouvre les yeux, me regarde et me demande d’arrêter ; mais je suis allé trop loin et au lieu d’arrêter, je lui lèche rapidement le clitoris.

Vaincue par le plaisir qu’elle ressent, elle n’insiste pas et lance son sexe à la rencontre de ma bouche. Pas plus d’une minute plus tard, elle jouit si fort que ma tête reste prisonnière de ses cuisses.

0591.jpg

Quand l’orgasme est passé, elle desserre les cuisses, prend ma tête, et m’attire vers son visage, vers sa bouche ;

nous nous embrassons à pleine bouche, et pendant que nos langues s’entrecroisent, ma verge tendue pénètre son corps ouvert.

Immédiatement, ses yeux s’ouvrent, et un petit « non » sort de sa bouche, mais c’est trop tard, j’ai déjà commencé mes mouvements dans son vagin détrempé par l ‘excitation.

Mon sexe entre et sort complètement de ma marraine qui gémit à chaque introduction ; puis, l’excitation étant trop forte, je jouis, déversant mon sperme au fond de son ventre.

Nous restons ainsi enlacés pendant un moment jusqu’à ce que ma verge, devenue flasque, sorte d’elle-même de ce fourreau bouillant.

Nous avons eu beaucoup de mal à nous endormir et le matin, je l’ai reprise en levrette poussant même une exploration du doigt dans l’anus, mais elle a refusé toute pénétration de cet endroit, alors, j’ai jouis une nouvelle fois dans son vagin.

073.jpg

Pendant tout le séjour, nous avons fait l’amour matin et soir, sans réfléchir à notre situation familiale ;

puis de retour chez nous, ma marraine m’a fait comprendre que notre relation devait cesser et nous n’avons plus fauté.

Mais quel souvenir !



27/07/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 904 autres membres